• annagrondin

Blog désormais dédié à la vie de maman à la maison + mon expérience

Es-tu concernée et pourquoi un blog sur la vie de maman à la maison ?

Si tu es maman au foyer, maman en congé parental, maman travaillant à temps partiel, maman travaillant de la maison, autrement dit que tu passes la plupart de ton temps à la maison, c'est à toi que j'ai envie de dédier ce blog désormais. Quand je dis maman à la maison, j'englobe vraiment toutes ces mamans.


Je cherche régulièrement du contenu destiné aux mamans à la maison, parce que j'en suis une aussi. Et j'avoue que j'ai parfois du mal à en trouver. Je trouve essentiellement des articles qui parlent de comment concilier vie professionnelle et vie familiale. Ces articles sont destinés à des mamans qui travaillent. Ils concernent les mamans travaillant à temps complet, à temps partiel ou de la maison mais ils ne prennent pas en compte les mamans au foyer ou les mamans en congé parental par exemple qui ont mis de côté (soit provisoirement, soit définitivement) leur vie professionnelle pour se consacrer à leurs enfants.


Je trouve que les ressources dédiées aux mamans à la maison d'une manière générale manquent. Ces mamans peuvent souvent être isolées et je sais qu'avoir du contenu qui leur permette de réfléchir à leur épanouissement peut être utile. J'ai des mamans dans ce cas autour de moi et je pense en particulier à elles.


Etre maman à la maison de nos jours

J'ai le sentiment qu'être maman à la maison aujourd'hui n'est pas bien vu. J'ai l'impression que lorsqu'on devient maman, la société attend de nous que l'on reprenne rapidement le travail une fois le congé maternité passé. Être maman au foyer ou la plupart du temps à la maison, c'est comme un retour en arrière. C'est ce que nos mamans, voire nos grands-mères faisaient mais je sens que ce n'est plus ce qui est attendu des mamans aujourd'hui.


Pourtant encore aujourd'hui, il y a des mamans qui sont à la maison. Certaines n'ont pas le choix que de s'occuper à temps plein de leurs enfants (notamment parce qu'elles n'ont pas de solutions de garde ou parce qu'elles ont un enfant malade dont elles doivent s'occuper). D'autres font le choix d'être à la maison pour être plus disponibles pour leurs enfants, soit en ayant un travail qui leur permettent de travailler de la maison, soit en ayant un emploi à temps partiel, ou soit en arrêtant complètement de travailler.


Je ne sais pas combien cela représente de femmes en France mais c'est une réalité à prendre en considération. Je pense qu'il y a aussi chez certaines de ces femmes qui décident de rester à la maison, une volonté de vivre plus lentement (ce qui est mon cas aujourd'hui). Le fait de travailler à temps plein et d'avoir des enfants n'est pas toujours évident. Evidemment, quand les deux parents travaillent ou quand on est maman solo et qu'on travaille, c'est notamment pour pouvoir subvenir aux besoins de toute la famille. Ce qui est normal.


Mais ce choix impose un certain rythme de vie que je constate très souvent autour de moi : mettre les enfants à la garderie ou à la crèche très tôt le matin, les récupérer le soir après le travail, se dépêcher de préparer le repas, faire le bain, les devoirs, aller se coucher, et rebelotte le lendemain. Et, le reste du temps, il faut faire les courses, amener les enfants à leurs activités, faire le ménage, le repassage, la paperasse et se dégager du temps pour des moments en famille.


Je trouve que c'est un rythme qui n'est pas évident, surtout après une grosse journée de boulot. Beaucoup y arrivent et peuvent aimer ce rythme de vie. Et je trouve ça hyper admirable (j'aurais bien du mal à suivre ce rythme personnellement, donc je suis vraiment admirative). Beaucoup n'ont pas le choix aussi. Mais cela peut être dur à vivre pour certaines familles et conduire à l'épuisement, et je le comprends. Et donc parfois, cela nous amène à réfléchir à un autre rythme plus adapté et à en faire le choix si la situation nous le permet.


J'ai envie de dire que quelque soit le rythme que l'on a (qu'il soit choisi ou subi), on fait tous de notre mieux à l'instant T. Il n'y a pas de choix meilleur qu'un autre. Il n'y a pas non plus d'oppositions à faire entre les mamans qui travaillent à temps plein et les mamans qui sont à la maison. Certaines d'ailleurs, ont déjà vécu les deux expériences ! Entre femmes, on doit pouvoir se soutenir aussi peu importe nos décisions.


Je trouve que quelques soient les choix que nous faisons en tant que maman, ils ne sont pas toujours faciles à assumer parce que pouvons nous sentir jugées, culpabiliser ou nous juger les uns les autres. Parce qu'avec le travail nous n'avons pas beaucoup de temps pour notre famille, parce qu'au contraire nous passons tout notre temps à la maison et que nous n'avons pas de revenus (ou pas suffisamment), etc...


Quelque soit le choix que nous faisons, l'essentiel est de se sentir bien dans notre vie. Dans toutes situations, il y a souvent des avantages et des inconvénients, c'est pour cela qu'aucun choix de vie n'est parfait à mon sens. Ce qui compte c'est d'être aligné avec nos choix, de les faire en fonction de ce qui est important pour nous et de nos possibilités aussi. La vie nous impose parfois des choix et nous devons faire avec.


Un jour mon chéri m'a dit à ce sujet "ce n'est pas la société qui décide de ce que tu as envie de faire, ce ne sont pas les réseaux sociaux non plus." C'est tout bête mais c'est important de s'en rappeler. Il est important de pouvoir se questionner sur ce que l'on veut, indépendamment du regard des autres. Même si ce que nous souhaitons n'est pas toujours possible à réaliser, cela vaut quand même la peine d'y réfléchir un peu.


Ma vie de maman à la maison concrètement

Je suis moi-même une maman à la maison. Je passe la majeure partie de mon temps à m'occuper de ma famille, de mon enfant et de mon foyer. Même si je suis coach auto-entrepreneure, je ne travaille pas à temps plein. Je consacre quelques heures dans ma journée à cette activité : coacher, écrire du contenu sur l'épanouissement des femmes, échanger avec d'autres femmes sur ce sujet. Le reste du temps, je le consacre à la vie de famille et à la gestion du foyer (et bien sûr à mes loisirs, ma vie sociale, mon épanouissement personnel...). Les matins avant l'école, les soirs après 16h30, tous les mercredis, tous les week-ends et toutes les vacances scolaires, sans compter les jours où ma fille est malade ou pour n'importe quel imprévu.


Pourquoi j'ai choisi d'être maman à la maison

Ca n'a pas toujours été le choix que j'ai fait, du moins je n'ai pas tout de suite choisi d'y consacrer autant de temps. Ce choix est venu à moi.


J'ai lancé mon entreprise juste après avoir eu ma fille. Lorsque j'ai commencé, je dédiais mes journées hormis le week-end à développer mon activité professionnelle. Je commençais mes journées à 8h30 et je les terminais à 16h30 et il m'arrivait de travailler un peu le soir également. C'est comme si j'étais salariée à temps plein sauf que je travaillais de la maison.


Je gérais mon emploi du temps seule et je ne m'imposais pas une grosse charge de travail. Si j'ai décidé d'être mon propre patron, c'est aussi pour faire attention à mon rythme de travail. Mais le fait de développer mon entreprise (faire connaitre mon entreprise, gérer l'administratif, gérer les commandes) représentait une charge mentale assez forte. Par conséquent, il y avait des soirs où j'avais du mal à me consacrer pleinement à ma vie de famille sans penser au travail. J'étais fatiguée.


Je n'ai pas tout de suite compris que ma fatigue pouvait être liée à la charge mentale liée à mon travail. Comme je le disais, je n'avais pas des grosses journées non plus. Mais j'avais comme objectif de vivre de mon activité et de ce fait, j'avais quand même une certaine pression. Avoir un enfant en bas âge et lancer une petite entreprise en même temps, c'est épanouissant car on fait ce qu'on aime mais c'est hyper stressant.


Du coup, avec beaucoup de recul et après une prise de conscience, j'ai décidé d'en faire moins. J'ai décidé d'avoir un rythme de vie plus light et plus lent. Evidemment, cela impactait directement mon entreprise. Je n'avais pas encore réussi à développer mon entreprise comme je le souhaitais. Qui plus est, j'étais en train de faire un revirement dans mon activité en me formant au métier de coach. Donc, cela ajoutait des challenges supplémentaires. Et si je décidais de travailler moins = moins de temps consacré à me faire connaitre à nouveau, etc... Mais, c'était pourtant ce dont j'avais besoin, pas uniquement pour moi mais pour ma famille aussi je pense.


A partir de Septembre 2021, ma fille est entrée à l'école. Et j'ai décidé de passer tous mes mercredis ainsi que toutes les vacances scolaires avec elle. Et donc de ne pas travailler pendant ces périodes. Avant d'entrer à l'école, elle était gardée par son assistante maternelle, y compris les mercredis ainsi que la plupart des vacances scolaires, comme nous travaillions tous les deux à temps plein avec mon conjoint.


Les avantages d'être maman à la maison, pour ma part

Depuis Septembre 2021, je goute au plaisir de passer plus de temps avec ma fille et mon chéri. Et plus nous passons du temps ensemble, et plus je suis attentive à ce que ce soient des temps de qualité. Oui, il y a des moments où je suis fatiguée, oui il y a des moments où je n'ai pas envie de me bouger (de faire à manger, de jouer, d'aller faire les courses) mais c'est comme pour tout le monde.


J'ai aussi la chance d'avoir un conjoint qui fait tout à la maison. Il a aussi ces moments de fatigue mais il est bien présent et il fait tout. Ce qui réduit la charge mentale liée à la vie de famille.


Même si cela demande des sacrifices (en particulier financiers) et que cela me fait parfois peur, je me rends compte de plus en plus de tous les avantages que ce choix nous offrent. Je ne sais pas combien de temps je pourrai faire cela mais je tâche d'en profiter au maximum.


Je suis reconnaissante aujourd'hui de choisir quelles activités je vais pouvoir faire avec ma fille le mercredi, et d'avoir toute une journée devant moi aussi pour faire des choses que je n'ai pas trop le temps de faire le reste de la semaine (j'aime bien repasser le mercredi par exemple tout en regardant un film, si ma fille fait la sieste) !


Je suis reconnaissante de pouvoir l'amener à l'école sereinement le matin sans avoir peur d'arriver en retard au boulot et de pouvoir aller la chercher à 16h30 pour le goûter. Je suis contente d'avoir suffisamment de temps avec elle le soir après le goûter, d'avoir le temps de faire une sortie, de cuisiner avec elle ou de jouer. Et de profiter de ces moments de détente en famille, avec papa aussi lorsqu'il est là. Tout le monde est beaucoup plus détendu. Cela se ressent.


Je suis contente de pouvoir garder ma fille si elle est malade et de ne pas être embêtée à chercher des solutions pour la faire garder ou pour prendre ma journée. Ca parait peut-être anecdotique mais pour moi c'est un stress en moins qui fait du bien.


Je suis contente de pouvoir aider mes proches car j'ai du temps dans la journée comme par exemple de pouvoir rendre service à d'autres mamans autour de moi qui ont besoin d'aller chercher leur bout de chou à l'école ou chez la nounou aujourd'hui et qui ne peuvent pas car elles sont retenues au boulot. Oui c'est encore une fois anecdotique car ça n'arrive pas tout le temps mais c'est cool de pouvoir aider ses proches quand on le peut. Si j'étais à leur place, j'aurais apprécié que l'on fasse cela pour moi également.


Je suis reconnaissante d'avoir du temps pour réfléchir à des menus variés pour la semaine, prendre le temps de faire les courses la semaine quand il n'y a pas trop de monde et de cuisiner des plats maison au maximum.


Je suis contente d'avoir du temps pour moi la semaine quand ma fille est à l'école. Cela me permet de vaquer à mes occupations, de prendre un peu de temps pour aller marcher, écrire dans mon journal, jouer du piano ou avancer dans les tâches ménagères pour éviter d'avoir à tout faire le soir ou le week-end. Ca permet de passer plus de temps en famille le soir et le week-end et de tous nous reposer.


Je suis contente aussi que ma fille soit à l'école car je peux travailler en son absence. Evidemment, quand les enfants sont en bas âge, c'est différent. J'ai gardé ma fille pendant ces 9 premiers mois et je sais qu'avoir bébé à la maison laisse peu de temps pour soi. Dans ces cas-là, quand j'avais besoin de temps pour moi, je demandais l'aide des grands parents par exemple.


Aujourd'hui, pendant que ma fille est à l'école, j'ai du temps pour écrire mes newsletters, mes articles de blog, partager avec d'autres femmes sur l'épanouissement personnel, faire des séances de coaching... J'aime avoir d'autres centres d'intérêts. Je trouve cela important de se sentir utile également ailleurs qu'à la maison.


Les difficultés que je rencontre

Soyons honnête, tout n'est pas tout beau et tout rose. Comme je le disais, il y a des avantages et des inconvénients dans toutes situations.


J'ai d'abord des peurs quand à ce choix de vie. Ce n'est pas dans la norme et dont ça fait un peu flipper. En particulier, le regard des autres. Je pense que beaucoup de gens ont l'impression que quand on est maman à la maison, c'est un peu comme des vacances. Or, ce n'est pas le cas. Certes le quotidien peut être plus agréable (pour moi ça l'est vraiment) mais les mamans savent qu'avec tout ce qu'il y a à faire à la maison et avec les enfants, ce n'est pas vraiment des vacances au soleil dans un transat, les doits de pied en éventail.


J'ai aussi cette peur d'être jugée parce que je ne gagne pas de vrais revenus. Si tu es dans le même cas que moi, tu as peut-être peur qu'on te dise "tu dépends de ton conjoint, c'est chaud, tu fais comment si y a un problème ?" (on te l'a peut-être déjà dit).


Il y a la peur aussi de vivre avec un budget plus limité aussi... Si on choisit d'être maman à la maison, c'est que les revenus du conjoint ou de la famille permettent de subvenir aux besoins de tout le monde mais cela peut impacter le budget de la famille. Donc, de ce côté là, il y a des limites à se donner et il faut accepter cela.


J'ai aussi la peur de l'après : qu'est-ce que je ferai quand mes enfants seront plus grands ? Vais-je continuer à rester à la maison ?


J'ai des éléments de réponse à toutes ces peurs, mais des peurs et des émotions négatives, j'en aurais toujours, quelques soient les choix que je fais, surtout si ce sont des choix qui vont à contre-courant ou qui me font sortir de ma zone de confort. En tant que coach, j'invite toujours mes coachées à accueillir leurs peurs et à ne pas les repousser. A moi de faire de même.


Un dernier mot. Il y aussi un piège à éviter lorsqu'on est maman au foyer ou maman à la maison de façon générale, c'est celui de vouloir faire toutes les tâches quotidiennes sans prendre de temps pour soi. C'est un défi à relever à mon sens de pouvoir prendre du temps pour soi. On est maman certes, mais le temps pour soi est important pour se sentir bien.


J'espère que cet article t'aura permis quelque chose, d'une quelconque façon.


Anna








114 vues